MAIRIE DE COLLONGES-LA-ROUGE
rue de la Barrière
19500 COLLONGES-LA-ROUGE
téléphone : 05.55.25.41.09
fax : 05.55.84.03.14
courriel : mairie@collonges-la-rouge.fr


   logo des plus beaux villages de France
 

LES MYSTERES DE L’EGLISE SAINT PIERRE 

(texte issu du « Petit Collongeois », n°12, 1995, réalisé par le Foyer Rural de Collonges-la-Rouge)
 
L’église Saint Pierre est la mémoire de Collonges. De l’An Mil à nos jours, elle nous raconte l’histoire de la ferveur religieuse des hommes du Moyen-Age et de leur intolérance durant les guerres de religions. Combien d’énigmes et de mystères subsistent dans ses pierres, dans son sol ? La crypte existe-t-elle, la « Tour de la Garde » est-elle creuse ? Le tympan a-t-il été démantelé par les Huguenots ou les Catholiques ? Symbolise-t-il l’Ascension ou le Retour du Christ ? Enquête.

De la Guerre de Cent Ans…
Au premier abord, on est frappé par l’anarchie architecturale de l’église de Collonges. Est-ce un lieu de prière ou une forteresse guerrière ? En effet, deux tours défensives flanquent un magnifique clocher roman. Que s’est-il passé pour que les fidèles sacrifient l’harmonie originelle de leur lieu de culte ? La peur des « routiers », des soudards, de la guerre et son cortège de misère ? Une chose est sûre : au début de la Guerre de Cent Ans, c’est Barthelemy de Vassinhac, seigneur de Collonges en rapport avec les Papes limousins régnant en Avignon, qui a financé l’édification de la tour fortifiée sur le flanc nord de la nef d’origine.

…aux Guerres de Religion
Deux siècles plus tard, le vicomte de Turenne entraîne son vassal Vassinhac  dans le clan protestant. Les guerres de religion font rage. A Collonges, comme ailleurs, la peur règne : meurtres, saccages, incendies sèment la désolation et la terreur dans la région. Il n’est pire cataclysme qu’une guerre civile sous prétexte de religion. Cependant la tradition rapporte que les Collongeois restés fidèles au culte catholique démontèrent le tympan de l’église Saint Pierre pour l’incorporer dans le mur du pignon, pour le mettre hors de portée des actes de vandalisme des Huguenots. Est-ce plausible à une époque où les seigneurs règnent en potentats dans leur fief ? Une chose est certaine : le tympan a bien été scellé dans le pignon ouest durant cette période troublée. Il s’y trouvait encore en 1923.

Transactions mystérieuses
Que s’est-il passé en réalité ? Le tympan a-t-il été déplacé à l’initiative des catholiques ou des protestants ? Nul doute que les catholiques avaient intérêt à sauver ce chef-d’œuvre symbolisant l’Ascension ou le Retour du Christ sous le regard attendri de la Sainte Vierge dont la prééminence dans la liturgie catholique était contestée par les partisans de l’Eglise Reformée.
Mais peut-on imaginer le seigneur de Vassinhac, gouverneur du vicomte de Turenne rallié à la cause protestante, laissant les catholiques de sa propre cité démonter ce tympan sans son aval ? Impensable.
Comment résoudre ce mystère ? Une hypothèse paraît plausible. Alors que partout la guerre civile fait rage, les catholiques de Collonges demandent et obtiennent de leur seigneur protestant l’autorisation d’effectuer le transfert pour le protéger des actes de vandalisme. Le seigneur de Vassinhac, en acceptant la proposition, fait preuve de finesse politique car d’un côté, il sauve une œuvre d’art chère au cœur de ses sujets fidèles au catholicisme et d’un autre côté, il donne satisfaction à ses coreligionnaires en mettant hors de leur vue une œuvre contestée. Un compromis intelligent à une époque de passion et de fureur. Hypothèse confortée par la tradition qui affirme que le culte catholique était célébré dans la nef actuelle tandis que le culte protestant avait lieu dans la Chapelle Saint Jacques. Un œcuménisme rare à l’époque, même si les protestants s’ingéniaient – dit-on – à perturber l’office catholique et vice versa. Un Clochemerle liturgique qui eut le mérite d’éviter un bain de sang et de sauver un chef-d’œuvre de l’art roman. Vassinhac fit par la suite murer les assises du tympan démantelé et plus tard élever la tour défensive du sud.
Nos ancêtres collongeois étaient-ils plus pacifiques, donc plus tolérants que leurs contemporains qui s’étripèrent joyeusement au nom de la charité chrétienne ? Faute de preuve absolue, ce miracle humain et architectural reste un  mystère mais il a le mérite de flatter notre amour-propre et de conforter notre esprit de clocher.
Trois siècles et demi plus tard, le tympan de l’église Saint Pierre a retrouvé sa place originelle. C’était en 1924. Depuis cette date, il fait l’unanimité des touristes admiratifs, qu’ils soient croyants, mécréants ou athées.
 
Le mystère du tympan

Sept siècles après sa création, le tympan de l’église de Collonges étonne par son état de conservation. Il aurait été sculpté par des artistes de Toulouse qui firent école des Pyrénées jusqu’aux confins du Limousin et de l’Auvergne.
La tradition assure que ce tympan symbolise l’Ascension, mais des érudits parlent du Retour du Christ. Poulbrière, auteur du célèbre Dictionnaire des Paroisses de la Corrèze, fut le premier à donner cette interprétation dès 1894. Où est la vérité ? Toute polémique se nourrit d’arguments. Les voici qui opposent les exégètes du Nouveau Testament et de l’art roman.
A la suite de l’Abbé Poulbrière, A. Mayeux, architecte des Monuments Historiques, après la reconstitution du tympan en 1923, reprit le thème du Retour du Christ en démontrant « que les Apôtres et la Vierge ne levaient pas la tête vers le Ciel où s’élevait le Christ, que les hommes en blanc étaient remplacés par des anges et enfin que le Christ, tenant le Livre des Sept Sceaux de l’Apocalypse, annonce le Jugement Dernier ». Macary cite Dom Berland, moine bénédictin : « La Vierge, qui n’était pas présente à l’Ascension de son Fils, est ici pour symboliser l’Eglise qui, elle aussi, est dans l’attente d’un tel retour ».
La Vierge sur le tympan semble donc contredire le thème de l’Ascension. En revanche, la présence de onze apôtres et non de douze, donne du crédit à cette version. En effet, Judas, suicidé après sa trahison, ne sera remplacé par Mathias qu’après l’Ascension. Daniel Rops, dans son ouvrage consacré à l’Eglise des Apôtres, rappelle que : « A peine a-t-on appris le suicide de Judas, avant même qu’ait soufflé le vent sacré de la Pentecôte, Pierre a demandé aux autres de le remplacer par cooptation, et le collège apostolique ayant proposé deux candidats, l’Esprit Saint, par la voie d’un tirage au sort, a désigné Mathias ». En résumé : en faveur de l’Ascension, la présence de onze apôtres, même si la présence de la Vierge pose problème.
En faveur du Retour du Christ : la présence du Livre des Sept Sceaux de l’Apocalypse dans la main du Christ annonçant le Jugement Dernier et la présence de la Vierge. Mais dans cette hypothèse, comment expliquer l’absence du douzième apôtre, Mathias, accueilli dans le cercle des apôtres dès la Pentecôte ?
Le sculpteur a-t-il laissé libre cours à son imagination en mêlant plusieurs scènes de l’Evangile ? Et ceci sous le regard du commanditaire de l’œuvre, le prieur de Collonges ? Le mystère reste entier et c’est tant mieux car il nous impose un double regard, une double interrogation sur ce petit chef-d’œuvre de l’Art Roman qui illumine notre village.
 
Le mystère de la crypte et de la tour
Le Dr Paul Faige a saisi l’occasion des travaux de terrassement effectués dans le bourg en 1979 pour procéder à des fouilles archéologiques. Son enquête publiée dans le bulletin archéologique de la Corrèze soulève bien des énigmes.
« A Collonges, on se promène d’ordinaire à un mètre au-dessus du sol primitif, comme au nord de l’église et parfois à deux mètres, comme c’est le cas la long de la façade sud de celle-ci… On retrouve les infrastructures d’habitations aux belles pierres de taille de grès rouge indiquant que cette cité a perdu un tiers environ de son habitat primitif. Exprimons un regret : c’est que les tranchées pour ces travaux n’aient pu être faites tout à fait contre la façade sud de l’église… On aurait pu voir les fondations et peut-être apercevoir une crypte, comme ce fut le cas à l’église d’Uzerche dont la construction est voisine… »  
Un sondage effectué à l’intérieur de l’église confirme que le dallage actuel, sous un monceau d’ossements humains, se trouve à 90 cm au-dessus des bases sculptées des piliers donc du sol d’origine. L’existence d’une crypte sous l’église d’Uzerche permet d’imaginer l’existence d’une construction semblable à Collonges. Mais pour en avoir le cœur net, il faut le feu vert des Monuments Historiques. Une enquête archéologique qui pourrait résoudre l’énigme de la Tour de la Garde construite au XVIe siècle ; car pour justifier sa vocation défensive, elle devrait être creuse pour permettre l’accès des guetteurs. Deux mystères à percer au propre et au figuré avant de fêter les 1000 ans de l’église romane de Collonges qui n’en finit pas de se lire comme un roman !